11/17/15

3 minutes pour réapprendre à respirer

C’est un fait, seuls les nourrissons - et les yogis - respirent correctement. En grandissant, nous laissons le stress, la fatigue, les émotions, prendre le contrôle de notre corps avec pour conséquence une activité respiratoire inadaptée. Petite leçon de respiration pour oxygéner à la fois son teint et ses neurones.

Le bon rythme respiratoire

Les émotions qui nous submergent bouleversent systématiquement notre appareil respiratoire, entraînant à la fois une fréquence trop rapide et une ampleur trop faible… Et pourtant, il est possible d’agir facilement sur ces deux paramètres pour retrouver une respiration sereine, clé d’un bon métabolisme, d’un mental et d’une peau parfaitement zen. Côté fréquence, la moyenne étant de 15 respirations par minute, celle des Yogis de 6, il faudrait se situer entre ces deux chiffres. Côté amplitude, à chaque inspiration, il faudrait sentir le ventre se gonfler, les côtes s’écarter, la cage thoracique se soulever jusqu’à la clavicule. Et inversement, à l’expiration.

L’effet positif d’une bonne respiration

Certes, la respiration assure une bonne oxygénation du sang, donc une bonne alimentation des tissus et de la peau. Elle permet aussi d’éliminer le gaz carbonique et certains déchets physiologiques. Mais pour le docteur Yann Rougier, auteur de La méthode Slim-Data (aux éditions Albin Michel), les bienfaits d’une bonne respiration sont si nombreux qu’il reste encore bien des pistes à explorer. On sait déjà que la respiration régule l’équilibre acido-basique du corps en éliminant l’acide carbonique. Elle aide même à mincir, en régulant l’appétit et surtout en favorisant l’élimination des graisses, toujours via l’expiration, une fois qu’elles sont décomposées.

3 exercices de respiration faciles

1/ La respiration minceur du docteur Yann Rougier auteur de La méthode Slim-Data (Editions Albin Michel)
Debout, bien droite, la colonne vertébrale souple, les épaules détendues (positionnées en bas), inspirer naturellement, en gonflant le ventre sans forcer, puis expirer à fond très lentement pour expulser tout l’air contenu dans les poumons. Contracter les abdominaux pour aller au bout de cette expiration, puis laisser se faire l’inspiration naturellement, sans forcer, avant d’expirer à nouveau très lentement et à fond. Petite astuce : compter jusqu’à 3 durant l’inspiration et jusqu’à 9 pendant l’expiration. Avec la pratique, on parvient à compter jusqu’à 15 durant l’expiration (toujours jusqu’à 3, lors de l’inspiration).

2/ La respiration anti-stress du docteur David Servan-Schreiber auteur de Guérir (Editions Pocket)
Respirer lentement et profondément, en marquant une pause de 10 secondes après l’expiration. Pendant ces 10 secondes, il faut porter son attention sur son cœur. Tenter de visualiser ses mouvements lents. Visualiser que l’inspiration lui apporte tout l’oxygène nécessaire et que l’expiration le débarrasse de tous ses déchets. Ensuite, essayer de ressentir la chaleur de l’air expiré en l’accompagnant d’une pensée agréable (un souvenir de vacances, son enfant, un paysage…).

3/ La respiration spécial lâcher prise
Inspirer sur quatre ou cinq temps pendant cinq secondes environ. Retenir sa respiration cinq secondes, puis expirer dix secondes. Répéter l’exercice cinq fois de suite plusieurs fois dans la journée. Suspendre son souffle consciemment est radical pour faire une pause, à la fois physiologique et mentale…