11/10/15

La mission beauté des protéines végétales

En plus de leur haute teneur en fibres, minéraux et vitamines, les protéines végétales sont plus digestes et mieux assimilables que leurs homologues animales. D’où l’urgence de les intégrer dans son régime alimentaire, pour récupérer un teint éclatant, des joues toutes roses et un moral au zénith. Zoom sur les plus performantes, avec quelques recettes gourmandes à la clé.

On sait depuis longtemps que les protéines végétales remplacent avantageusement les protéines animales dans notre régime alimentaire, d’un point de vue physiologique. On sait peut-être moins, en revanche, qu’elles ont des vertus beauté intéressantes. Elles sont riches en minéraux et vitamines qui optimisent l’activité cellulaire, en fibres qui absorbent les toxines. Comme en plus, elles sont beaucoup mieux assimilées et plus digestes (car vierges de graisses saturées), elles épargnent le foie, ce qui se traduit par une peau plus nette, un teint plus frais, des ongles et des cheveux en forme. Bref, pour une beauté rayonnante, il ne faut pas hésiter à en glisser partout : dans une soupe, une salade, une sauce ou même un gâteau…


Les haricots rouges pour protéger sa peau

Signes distinctifs : 24 gr de protéines pour 100 gr (contre 21 gr pour le poulet par exemple). Ainsi qu’une forte teneur en amidon énergétique et en fibres qui favorisent l’élimination des toxines. Dernier atout : leur forte concentration en antioxydants, en vitamine B9 et C.

Bénéfice beauté : Pendant que les antioxydants protègent l’épiderme des radicaux libres, la vitamine C, elle, stimule le renouvellement cellulaire. Effet anti-âge assuré.

Comment les cuisiner ? Dans un brownie poids plume : Allumer le four à 180°. Dans un blender, mixer pendant 1 minute 200 gr de haricots rouges + 85 gr de sucre roux, 40 gr de cacao en poudre, 2 œufs et 2 cuillères d’huile végétale. Incorporer dans cette pâte les noix de votre choix (cajou, amandes, noisettes…) et 8 carrés de chocolats noirs réduits en petits morceaux. Verser le tout dans un moule chemisé et faire cuire 25 minutes.


Les pois cassés pour une jolie silhouette

Signes distinctifs : 25 gr de protéines pour 100 gr, de l’amidon pour l’énergie et surtout, la capacité de stabiliser le taux de glycémie, ce qui veut dire, moins de stockage des graisses. Enfin pas la moindre trace de gluten.

Bénéfice beauté : Un effet coupe faim saisissant combiné à un stockage très limité des graisses. Idéal pour s’affiner.

Comment les cuisiner ? En soupe réconfortante : Faire fondre 2 oignons dans 2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Ajouter 360 gr de pois cassés secs et ½ litre de bouillon de légumes. Laisser cuire 1h30. 10 minutes avant la fin de la cuisson, ajouter une tête de brocoli. Mouliner. Assaisonner avec un trait d’huile de sésame et un tour de moulin à poivre.


Les haricots mungo pour énergiser son teint

Signes distinctifs : 24 gr de protéines pour 100 gr. Cette légumineuse originaire d’Inde, que l’on consomme surtout germée, présente aussi de bonnes qualités nutritives, dégustée brute. Au menu : potassium, magnésium et phosphore, ainsi que de la vitamine C et des fibres.

Bénéfice beauté : Grâce au duo magnésium + vitamine C, le haricot donne un coup de fouet physique et mental étonnant. Quant aux fibres, à effet de détox interne, elles assurent une peau éclatante.

Comment les cuisiner ? En pâte allégée pour tacos : Faire tremper, pendant 1 heure, 100 gr de haricots mungos et 100 gr de lentilles corail dans 230 ml d’eau. Egoutter. Passer au blender en y combinant 1 gousse d’ail, du sel, du poivre, ½ cuillère à café de cumin en poudre et des graines de cumin. Détailler en mini crêpes. Faire frire, 2 minutes, dans 2 cuillères à soupe d’huile végétale.


Le quinoa rajeunissant

Signes distinctifs : 8 gr de protéines seulement pour 100 gr. Mais ce qu’on préfère dans cette petite graine, tout droit venue d’Amérique du Sud, c’est sa teneur en fer et en lysine, un acide aminé essentiel pour la croissance et la régénération des tissus.

Bénéfice beauté : Avec son dosage élevé en fer et en lysine, le quinoa assure un épiderme mieux alimenté et mieux régénéré, donc plus jeune et plus tonique.

Comment le cuisiner ? En steak végétarien : Rincer et faire cuire 200 gr de quinoa dans de l’eau. En parallèle, faire revenir 2 poignées d’épinards dans de l’huile d’olive. Puis, ajouter un œuf, une gousse d’ail râpée, du parmesan, des épices (curcuma, curry, cumin…), 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, le jus d’un citron, du sel et du poivre. Laisser reposer 1 heure au réfrigérateur. Former 4 galettes et les faires frire 4 minutes à la poêle.


Le tempeh pour un teint de rose

Signes distinctifs : 18 gr de protéines pour 100 gr. Cette préparation, originaire d’Indonésie, à base de graines de soja jaune immatures dépelliculées, mises à fermenter avec un champignon, apporte une bonne dose de fibres et peu de graisses.

Bénéfice beauté : Particulièrement digeste et riche en probiotiques naturels, le tempeh garantit des intestins et un foie en grande forme, garant d’un éclat au zénith.

Comment le cuisiner ? Dans des nems gourmands. Faire frire pendant 4 minutes, 140 gr de tempeh émincé en bâtonnets et une carotte coupée en julienne, dans deux cuillères à soupe d’huile d’olive. Ajouter 120 ml de jus d’orange frais et laisser mijoter 10 minutes. Répartir la préparation sur des feuilles de sucrine et agrémenter de quelques feuilles de coriandre ciselées et d’un filet de citron vert.


*Encore plus d’idées de recettes dans l’ouvrage La Bible des protéines vertes, aux éditions Marabout.