13/07/2015

La balade romantique de Yi Zhou

Artiste multimédia, occupant l’espace créatif international, de la direction artistique pour le YouTube chinois à la production de films en 3D, Yi Zhou est retournée vivre à Shanghaï, sa ville natale, après avoir été Parisienne quelques années. Elle revient aujourd’hui sur ses pas dans une balade poétique, où elle livre ses réflexes beauté, art de vivre et culturels. Rencontre.

Profession : artiste multimédia, réalisatrice et directrice artistique pour le YouTube chinois
Quartier : 4ème arrondissement

Vous avez grandi un peu partout en Europe, vécu à Paris et vivez désormais en Chine, votre pays natal. Avez-vous de bonnes habitudes parisiennes que vous reproduisez où que vous soyez ? Je suis chinoise de naissance et Parisienne de cœur. J’emporte cet art de vivre très français partout où je vais. Je l’exprime au jour le jour à travers mon allure vestimentaire : un style décontracté et "low key"(discret), pour conserver toute ma personnalité.

Quand vous retournez en Chine, quelle idée de Paris vous manque le plus ? Sans hésiter, son sens du romantisme. Paris en est l’emblème : cette ville véhicule tellement d’histoires inspirantes et légendaires autour d’artistes, de créateurs de mode ou de compositeurs. Un lieu qui exalte à merveille ce concentré romanesque est le cimetière du Père Lachaise. J’aime arpenter ses allées où se côtoient les tombes de Jim Morrison, Fréderic Chopin, Edith Piaf, Maria Callas, Molière ou encore Oscar Wilde. Une balade culturelle et historique plutôt insolite.

Quels éléments parisiens vous inspirent le plus dans votre travail d’artiste multidisciplinaire ? Je suis avant tout inspirée par l’urbanisme ancien et fondateur de cette ville, tout autant que par l’expression plus contemporaine d’artistes français qui font du graffiti. La place Vendôme reste l’un de mes lieux favoris, que j’ai eu la chance de transformer en avril 2008 (avec la sculpture "1280 TOWERS" autour de la colonne Vendôme). Sinon, je ne me lasse pas de deux lieux d’expositions aux programmations toujours avant-gardistes et étonnantes : le musée Rodin et son jardin apaisant et le musée du Jeu de Paume surplombant l’immense Jardin des Tuileries.
Musée Rodin, 79, rue de Varenne, 75007 Paris.
Jeu de Paume, 1, place de la Concorde, 75008 Paris.

Quels sont les lieux parisiens qui évoquent le mot « Bonheur » pour vous ? J’aime m’attabler à la brasserie Lipp, m’arrêter boire un thé au fameux Café de Flore, arpenter la rue de Lille où j’ai vécu comme si je n’étais jamais partie, aller chiner des antiquités au marché Serpette à Saint-Ouen, et respirer l’air de Paris sur les quais de Seine et l’Île Saint Louis.
Brasserie Lipp, 151, boulevard Saint-Germain, 75006 Paris.
Café de Flore, 172, boulevard Saint-Germain, 75006 Paris.
Marché Paul Bert Serpette, 96-110, rue des Rosiers, 93400 Saint-Ouen.

Des adresses pour dénicher l’inspiration ? J’aime découvrir les nouvelles créations de Monsieur Alaïa, une sorte de boussole de l’élégance et de l’allure féminine selon moi.

Quelles sont les 3 odeurs qui incarnent Paris selon vous ? Les senteurs des pivoines, l’effluve des roses et l’odeur de l’ébène.

Comment expliqueriez-vous que vous êtes une "Parisienne dans l’âme" ? Etre Parisienne est un état d’esprit, une philosophie de vie. On n’a pas besoin d’être Française pour l’être, on peut tout simplement apprendre ce mode de vie.

Vous êtes plutôt nomade et pouvez changer de lieux de vie à tout moment. Est-ce que Paris est une ville dans laquelle vous vous sentez toujours chez vous ? Pourquoi ? Oui, car j’ai fait mes études à Paris et j’ai commencé ma carrière d’artiste en France.

Quelle est votre vision de la Parisienne ? La liberté, la féminité et le « je m’en foutisme ».

Une ligne de conduite particulière en ce moment ? Être bien dans ma peau.

Avez-vous une philosophie de vie ? Rechercher l’authenticité dans mon travail et ne pas avoir peur de s’affirmer en tant que soi.

Avez-vous un porte-bonheur ? Ou une pensée qui vous accompagne chaque jour ? Avoir toujours une pensée pour les autres, ne pas être autocentrée, savoir partager.

Comment définiriez-vous la beauté d’une Française ? Au travers de la beauté intemporelle de Charlotte Gainsbourg, très inspirante pour les artistes comme moi. Son univers intérieur, qui transparaît fortement à l’extérieur, sa culture et son attrait pour les personnalités créatives font d’elle une Française exemplaire selon moi.

Avez-vous une routine beauté typiquement française ? Deux gestes simples et sains : une peau nature et un beau rouge à lèvres.

Un réflexe cosmétique à déclarer ? Se maquiller peu et choisir les produits en toute conscience pour ne pas être victime des sirènes de la publicité.

Votre dernière trouvaille beauté ? Se maquiller les sourcils sculpte immédiatement le visage.

Qu’est-ce qui vous rend heureuse en ce moment ? Penser à la personne que j’aime.

L’évocation parfaite du bonheur selon vous ? Se lever tôt le matin.

Un film bonne humeur? "Une femme est une femme" de Godard (sorti en 1961).

Les trois musiques du moment qui vous donnent de l’énergie ? Charli XCX, Rita Ora, tous les albums de Kayne West et les bandes sons des films Chinois.

Une pensée pour vous tirer du lit les matins difficiles ? Il faut bosser et créer, ne pas se contenter du succès acquis.

Une technique particulière pour faire le vide, déconnecter ? La méditation et le yoga que je pratique régulièrement.

Un sport particulier pour s’entretenir tout au long de l’année ? Un incontournable : le jogging.

Vous faites partie de ces "femmes d’affaires" toujours entre deux avions pour enchaîner les projets d’un bout à l’autre de la planète. Comment faites-vous pour éviter la fatigue et garder de l’énergie pour créer ? Tout provient d’une énergie intérieure que j’entretiens.

Un petit-déjeuner particulier ? Saumon et légumes à la vapeur.

Votre péché de gourmandise ? Le Tiramisu car j’ai des origines italiennes.

Un aliment pour garder votre rythme à cent à l’heure? Soit un jus de pamplemousse, soit un jus de citron.

Pour en savoir plus : www.yi-yo.net

Photos : Charlotte Abramow